Partenaire de la formation de la relève

Former du personnel qualifié en lien direct avec des pénuries de main-d’œuvre implique d’asseoir autour d’une même table les intervenants du milieu de l’éducation et les acteurs des industries. L’alternance travail-études+ (ATE) invite ainsi à revoir la relation entre les centres de formation professionnelle et les employeurs qui embauchent les détenteurs de DEP : les centres ne font plus que former des travailleurs et les entreprises ne font plus qu’accueillir des diplômés…

Les employeurs deviennent partie prenante de la formation de leurs futurs travailleurs. Et les centres de formation professionnelle pilotent le dialogue nécessaire à l’atteinte de l’objectif commun : offrir aux entreprises une main-d’œuvre spécialisée formée à leurs réalités actuelles et garantir aux élèves une qualification qui demeure large et polyvalente.

La formule permet à l’employeur de bénéficier rapidement d’une main-d’œuvre en formation constituée d’élèves-apprentis solidement encadrés. La rémunération des heures passées en entreprise est fixée en fonction du contexte du partenaire-employeur.

Plongés dès le départ dans un contexte de travail, les élèves en ATE+ affichent un niveau de motivation optimal. Une fois diplômés, ils constituent des candidats à l’embauche de choix. Ils sont qualifiés, maîtrisent les modes de production du milieu et sont familiers avec la culture d’entreprise.

L’articulation étroite entre deux lieux de formation (le CIMME et les ateliers du partenaire-employeur) et l’élaboration d’un cheminement d’apprentissage intégré exigent une concertation… qui porte fruit ! Les programmes de formation ATE+ développés jusqu’ici confirment leur grande capacité à qualifier adéquatement la main-d’œuvre. Et ils mettent en lumière l’empressement des industries à assumer une part de responsabilité dans la formation de leur relève.

De la théorie à la pratique
  • Le partenaire-employeur sélectionne ses élèves-apprentis dans le cadre d’activités de speed-jobbing leur permettant de rencontrer un groupe de candidats intéressés, sélectionnés par le CIMME (ou autres formules, notamment le recrutement de candidats par l’entreprise).
  • Les élèves-apprentis reçoivent une formation initiale, dispensée au CIMME, afin de couvrir les notions de base liées au métier et les préparer à intégrer un milieu de travail.
  • Les périodes d’alternance entre les installations pédagogiques du CIMME et les ateliers professionnels du partenaire-employeur s’enclenchent à la suite de la formation initiale, tout en maintenant une articulation étroite entre les deux lieux de formation. (Un employeur-partenaire peut disposer d’apprentis en continu en menant de front plus d’une cohorte ATE+).
  • Afin d’assurer en tandem l’encadrement de l’acquisition des compétences, un employé expérimenté de l’entreprise-partenaire, animé par l’idée de transmettre son savoir, est désigné superviseur de stage/compagnon formateur. Ce dernier bénéficie d’une formation d’introduction à la tâche et de l’accompagnement personnalisé d’un conseiller pédagogique pour toute la durée du programme.
  • Les élèves-apprentis ne sont pas rémunérés lors de la formation initiale. Dès que les périodes d’alternance s’installent, ils le sont, à titre d’employés en formation, selon des modalités propres à chaque projet. Ces modalités prennent appui sur des mesures d’aide financière et crédits, voire des programmes spécifiques visant à contrer des pénuries de main-d’œuvre marquées.

Information

514 364-5300, poste 7850
anne.sophie.blouin3@csmb.qc.ca